AuDevant

Le projet durable des Audois


CR cantines

Des produits de qualité et de proximité pour les cantines scolaires

Dans le cadre de l’agenda 21 des collèges et de « AUDEVANT ! Le projet durable des Audois », le Conseil Général a organisé un atelier thématique, vendredi 16 octobre, sur l’approvisionnement en circuits courts des cantines avec des produits de qualité. Réunissant autour de la table tous les acteurs de la filière, cette première prise de contact a permis de mettre en place un comité de pilotage pour suivre et accompagner ce projet.

Comité de pilotage
Autour d’André Viola, Vice-Président en charge du Projet départemental et Marc Deblonde, conseiller général chargé de l’agenda 21 des collèges, ce comité comprend des représentants de la Chambre d’Agriculture de l’Aude, de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, du Civam Bio, de l’association Nature et Progrès, de l’association des cuisiniers de l’Aude ainsi que les gestionnaires des 4 collèges de Carcassonne déjà engagés dans une démarche d’approvisionnement en circuit court (Emile Alain, André Chénier, Le Bastion, Varsovie).

Une expérience porteuse d’espoir…
Au cours de la réunion, Christian Garcia, cuisinier au collège Varsovie a expliqué comment il a intégré des produits achetés en circuit-court dans les repas des collégiens. A budget constant, pour les familles comme pour l’établissement, aujourd’hui, les produits locaux représentent 60 % des produits utilisés dans la confection des repas au collège Varsovie. Les 27 collèges du département servent en moyenne 9600 repas par jour sur 134 jours par an, pour un budget de 2,5 millions d’euros, si on parvient à élargir cette expérience à tout le département, en achetant 50 % de produits locaux, cela représente plus d’un million d’euros qui seraient réinvestis dans l’économie locale. L’économie agricole locale pourrait ainsi trouver un débouché à sa production et les élèves profiteraient quotidiennement d’une alimentation équilibrée et de qualité dans leur assiette
…qui soulèvent quelques interrogations.

Tous les intervenants de la réunion ont insisté sur la nécessité d’une telle démarche et sur ses impacts positifs, en termes de potentialités économiques, de protection de l’environnement et de bienfaits pour les élèves. Cependant, plusieurs interrogations doivent être résolues afin d’atteindre les objectifs fixés. La première question soulevée concerne la production agricole départementale qui ne permet pas toujours de répondre à la demande (surtout en produits issus de l’agriculture biologique). Se pose aussi la question de la maîtrise des coûts éventuels afin d’éviter de faire supporter aux familles de charges supplémentaires. Cela passe peut-être par un achat groupé des produits et par un conditionnement plus adapté aux obligations ou contraintes des cuisiniers et des gestionnaires des collèges. Enfin, il convient aussi de se poser la question du transport et de l’acheminement des marchandises jusque dans les cuisines des établissements scolaires.

Ces nombreuses questions ne resteront pas sans réponse dans les semaines à venir puisque le comité de pilotage travaille d’ores et déjà sur un accord-cadre afin d’organiser l’approvisionnement et permettre l’introduction de produits de qualité (bio, Pays Cathare...) dans les cantines dans le respect du code des marchés publics auquel sont soumis tous les établissements publics. Cette première réunion a permis de cerner l’importance de ce chantier et la nécessité pour les acteurs concernés de se saisir d’un dossier essentiel tant pour nos collégiens que pour nos agriculteurs.

Recherche Contact Mentions légales

TOP