AuDevant

Le projet durable des Audois


Les débats

sante txt

Lorsque l’Etat n’assume plus ses missions, ce sont souvent les collectivités territoriales qui doivent mettre la main à la poche. Dans l’Aude, cela a été le cas pour le maintien de l’hélicoptère sanitaire qui n’est possible que grâce aux subsides du Département et de la Région.
Si cette situation avait ému les élus et la population, de nombreuses autres situations analogues se sont produites depuis lors dans le domaine de la santé publique.

Ainsi, la progressive disparition des SAMU et la fermeture des services d’urgence provoquent le transfert vers le SDIS de nouvelles missions. Il n’y a qu’à voir l’évolution du nombre de secours à personne au cours des dernières années pour s’en convaincre.

Au-delà de cette réorganisation sanitaire, se pose la question de la carte hospitalière, sujet sensible en milieu rural s’il en est.
Les experts médicaux s’accordent à dire qu’en dessous d’un seuil critique, un service de chirurgie ou une maternité n’est plus assez fiable pour être maintenu. De plus, certains professionnels de santé préfèrent transférer rapidement un accidenté vers un grand centre hospitalier plutôt que de transiter par un hôpital de proximité qui se trouverait dans l’impossibilité de faire face au cas à traiter.

Pourtant, pour certains accidents domestiques ou lors de problèmes de santé moins importants, il peut être primordial de bénéficier près de chez soi d’un accueil d’urgence qui prodiguera les premiers soins et soulagera le patient et sa famille par une prise en charge rapide.

Alors quelles solutions en matière de santé publique et d’aménagement sanitaire du territoire pour l’Aude de demain ?


mis en ligne le 16 March 2010

Sur le site web de la coordination nationale, retrouver toutes les informations des différents collectivités départementaux et les initiatives locales et nationales de défense des hopitaux et maternités de proximité.

www.coordination-nationale.org/


mis en ligne le 16 March 2010

Sujet sensible et récurrent, la fermeture de services de court séjour dans les hôpitaux locaux donne lieu à une nouvelle polémique. Celle-ci trouve son origine dans un projet d'arrêté "restructurant l'offre de soins", qui fixerait à 1.500 interventions par an le seuil d'activité minimum pour justifier le maintien d'un service de chirurgie. Environ 180 établissements (dont près de 90% d'hôpitaux, le solde correspondant à des cliniques) verraient ainsi leur service de chirurgie menacé. Si le gouvernement n'a pas confirmé le contenu de l'arrêté, ni le seuil envisagé, la question n'est pas vraiment nouvelle.

www.localtis.info/cs/ContentServer?c=artVeille&pagename=Localtis%2FartVeille%2FartVeille&cid=1250259030449


mis en ligne le 16 March 2010

La loi “Hôpital, patients, santé, territoires” (HPST) a été élaboré à l’issue d’un long processus de concertation et d’échanges, des débats issus notamment de la commission Larcher, des échanges des états généraux de l’organisation des soins (EGOS) et des conclusions des rapports Ritter et Flajolet.

www.sante-sports.gouv.fr/la-loi-hopital-patients-sante-et-territoires.html


mis en ligne le 16 March 2010

Grâce à une participation financière multipliée par trois du Conseil Général, la présence d'un hélicoptère du SAMU douze mois sur douze dans l'Aude sera bien assurée. C'est un dispositif plus léger que celui en vigueur jusqu'à la fin de l'année 2003, mais la menace d’une disparition de tout moyen de secours est écartée.



Recherche Contact Mentions légales

TOP